Débat autour de la ville sonnante

A quelques jours du lancement du Festival Vis à Vis, nous vous proposons une plongée dans l’univers sonore des villes. Pour l’occasion nous vous donnons rendez-vous lundi 12 septembre à 19h à l’Atelier Meraki, partenaire de BLBC pour le festival, au 14 rue Neuve Popincourt, 75011.

La soirée nous permettra d’échanger et de débattre autour des enjeux esthétiques, politiques et sociaux de la construction sonore de la ville et des espaces urbains.

Nous réunissons pour l’occasion des invités issus de milieux très différents, afin qu’ils nous présentent la manière dont ils travaillent sur les sonorités urbaines et qu’ils débattent collectivement de ce phénomène négligé du foisonnement des villes.

Les invités :

-Frédéric Hocquard – Conseiller Délégué auprès de Bruno Julliard, chargé des questions relatives à la « Nuit »– http://frederichocquard.blogspot.fr/

– David Georges François co-fondateur du Collectif MU – Bureau de production artistique spécialisé dans les domaines de l’art sonore, de la musique et des nouveaux médias – http://www.mu.asso.fr/

– Gaël Segalen, artiste associée au collectif MU, pédagogue, compositrice et réalisatrice en arts sonores et radiophoniques
http://ihearu.org/

– Jacopo Baboni Schilingi – Compositeur et directeur artistique de l’Ensemble de musique interactive (EMI) – http://www.baboni-schilingi.com/

– Christine Guillebaud – Chargée de recherche au CNRS en ethnomusicologie – http://crem-cnrs.fr/index.php?option=com_comprofiler&task=userprofile&user=62

Médiation :

– Collectif Ascidiacea – collectif artistique rattaché à l’Ensemble de Musique Interactive (EMI) – https://collectifascidiacea.wordpress.com/

Note d’intention :

Urbanisation galopante des zones d’habitation, temporisation haletante des rythmes de vie, transformation perpétuelle des paysages sensoriels qui nous entourent. Depuis près de deux siècles, l’habitation – entendue au sens très large des moyens et des manières d’occuper un espace – s’est profondément transformée : géographie réduite et démographie concentrée définissant de nouvelles tendances, d’ordre global et mondialisé, à l’occupation de l’espace terrestre. Dans ce flux historique de changements et de transformations, une forme particulière s’impose dans la profondeur chronologique des temps, celle de l’urbanité et son avatar singulier : l’esprit de la ville.

Institutions et politiques, tout autant que les citoyens, artistes et chercheurs, s’emparent au quotidien de ce phénomène pour y imprimer les motifs de leurs propres intentions, de leurs visions et projections. Ils en réalisent l’avenir par leurs imaginaires et leurs actions. Ces mondes, en création constante, sont aussi le lieu de multiples tensions qui participent activement de ses modifications internes, de ses fluctuations. La ville bouge, se mue selon le temps et l’actualité de ses habitants, usagers et utilisateurs.

Ces citadelles modernes – denses et aériennes à la fois – furent avant tout pensées dans leurs dimensions architecturales, démographiques, utilitaires et sanitaires. A rebours de ces considérations, nous faisons le choix d’extraire une dimension parfois négligée du foisonnement qui caractérise les villes, un des matériaux composites de nos vies partagées : le son, les territoires, formes sonores de la ville et enfin de l’urbanité. Quelle place et quelle importance l’empreinte sonore de ces constructions collectives a-t-elle prise dans l’histoire politique, sociale et esthétique de nos modes contemporains d’habitation urbaine ? La ville et son écho sonore obtiennent également du relief par le réseau établi des habitudes qui s’y font coutumes ; s’y sédimentent des usages et s’y déploient des modes et styles de vie dont on pourrait, par accoutumance, ne plus voir le dess(e)in et qui pourtant soutiennent nos réalités quotidiennes.

La ville sonnante est donc un projet à la fois prospectif et rétrospectif, porté sur les représentations « internes » de la ville et de la vie urbaine dans leurs dimensions sonores que portent ses habitants et leurs institutions. L’architecture environnementale et son écho mental se fondent en autant d’indices, textures et signaux que l’on pourra concevoir en autant de prises.

Le sonore s’immisce partout. L’oreille n’ayant pas de paupière, le sonore défie la liberté que nous avons de l’empêcher d’être et de nous parvenir. Par ailleurs, il infiltre chaque mouvement, tout déplacement, donne corps aux chocs entre les êtres et les choses, informe des présences lointaines et proches, décrit par anticipation les caractéristiques des objets et des personnes avec lesquels nous cohabitons dans les milieux urbains. Le son est aussi ambigu, à la fois objectif au travers de ses mesures acoustiques instituées et règlementées, et subjectif du fait que nous entretenons tous avec le sonore des relations singulières et multiples : Il s’étend alors des bruits au musical, du chant des voix à ceux des instruments, du plaisir esthétique à la souffrance qu’il peut nous imposer. Le sonore accueille une diversité et une pluralité à la hauteur « accordée » de nos humanités, il peut être un révélateur des logiques sociales et culturelles qui nous animent.

Pour saisir la profondeur et la profusion de ce phénomène sonore, les collectifs Ascidiacea et BLBC proposent, dans le cadre de la programmation du festival Vis-à-Vis, une soirée d’échanges et de débats autour des enjeux esthétiques, politiques et sociaux de la construction sonore de la ville et des espaces urbains. En s’appuyant sur un panel d’intervenants issus des champs politique, artistique et scientifique, le collectif Ascidiacea agira de façon à mettre en circulation les idées de nos invités et du public afin d’inaugurer des points d’articulations entre les perspectives, engagements, règlementations et expérimentations de chacun dans le champ des phénomènes sonores et urbains. Les conférenciers et le collectif modérateur accueilleront également les interrogations propres aux habitants du quartier et d’ailleurs. À cet effet et en amont de cette soirée, nous mettrons à votre disposition via une plateforme de documentation en ligne, des éléments sur le thème de la ville sonnante, que nous vous invitions à la consulter sans modération.

Cette réunion, orientée vers la discussion, est à mettre en relation avec l’ensemble de la programmation festivalière. Par l’effet d’une réflexion multidisciplinaire et d’une exposition prolongée, nous voulons à la fois rendre visible des initiatives originales de créations artistiques et fournir les moyens d’une prise-de-conscience collective et locale de la nécessité de se réapproprier nos espaces et lieux de vie en communauté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *